Actualités

La revue de presse du 27 mai

L’actu en bref du 27 mai en France et ailleurs…

Un PSE en cours chez Metlife

Les salariés de la filiale française d’un des leaders mondiaux de l’assurance, Metlife, ne seront bientôt plus 239 à exercer au siège situé au sein de la tour Coeur Défense. Le 8 avril dernier, la direction de la société a annoncé au Comité social et économique (CSE) la mise en place d’un Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), révèle la publication spécialisée La Tribune de l’assurance. « Sur la trentaine de salariés travaillant pour les services informatique et financier, quatorze licenciements sont envisagés : onze suite à la suppression de postes et trois suite à une modification du contrat de travail, détaille le magazine. Ces activités seraient redéployées à Galway (Irlande) et à Varsovie (Pologne), où Metlife recruterait de nouveaux collaborateurs. » Selon La Tribune de l’assurance, qui rappelle que le groupe Metlife a annoncé un bénéfice net mondial de 5 milliards de dollars en 2018, ce plan social devrait être finalisé avant l’été. 

—————————————————————————–

Licenciée pour avoir refusé le travail dominical

Une salariée du magasin Cora de Saint-Malo (en Ille-et-Vilaine), dans lequel elle était salariée depuis 18 ans, a été licenciée pour faute grave fin avril pour avoir refusé de travailler le dimanche. Elle entend saisir le conseil des prud’hommes. Dans un courrier consulté par l’AFP, l’inspectrice du travail de Saint-Malo affirme que « l’accord de la salariée » pour travailler le dimanche lui « semble nécessaire ». Pour autant, l’ancienne salariée affirme qu’on ne lui a fait signer aucun avenant.

—————————————————————————–

British Steel en difficultés

Le sidérurgiste British Steel a officiellement déposé le bilan mercredi 22 mai, faute d’un accord avec le gouvernement britannique sur un plan de sauvetage de dernière minute. L’entreprise, qui emploie 5 000 personnes, demandait une aide de 30 millions de livres sterling (34 millions d’euros) à l’Etat britannique, mais les négociations ont échoué. Le cabinet EY a été mandaté pour tenter de trouver un repreneur. Les usines françaises du groupe, en particulier Hayange (Moselle), ne sont en principe pas directement touchées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *