Actualités

Les déclarations en CDD & intérim en baisse

La majorité n’a pas toujours raison. En effet, à la veille de l’élection présidentielle, les 4,5 millions de candidats sondés par Qapa (Adecco) lors une étude relayée par Social CSE dans son n° 117 (Édito La crise de foi de l’emploi), se sont fourvoyés. L’intérim était le 1er choix d’un grand nombre de sondés pour décrocher un job en 2022. Mais l’Urssaf n’est pas de cet avis…

(Photo © Tumisu de Pixabay).

Au premier trimestre 2022, le nombre de déclarations d’embauche de plus d’un mois hors intérim baisse très légèrement (- 0,5 % après + 0,3 %) et reste sur le niveau haut atteint au troisième trimestre 2021 (plus de 2,4 millions par trimestre). Les embauches en CDI sont stables (- 0,1 % après + 2,9 %) tandis que celles en CDD de plus d’un mois diminuent de 0,9 % (après – 2,2 %).

Sur un an, les déclarations d’embauche de plus d’un mois augmentent de 26,5 % compte tenu du niveau bas enregistré au premier trimestre 2021 dans un contexte encore marqué par le deuxième confinement sanitaire. Elles augmentent de 11,7 % par rapport au dernier trimestre 2019, juste avant le déclenchement de la crise de la Covid-19.

Au premier trimestre 2022, l’évolution des embauches de plus d’un mois est contrastée selon la taille de l’entreprise : elles continuent de diminuer dans les entreprises de moins de 20 salariés (TPE, – 3,9 % après – 1,6 %) et poursuivent leur progression dans les structures de plus grande taille (+ 2,0 % après + 1,7 %). Les déclarations d’embauche de plus d’un mois augmentent légèrement dans l’industrie (+ 0,6 %, après + 3,4 %), se contractent dans le secteur de la construction (- 3,8 %, après – 0,3 %) et se stabilisent dans le tertiaire (- 0,2 %, après + 1,6 %). Leur niveau dépasse très nettement celui enregistré au dernier trimestre 2019 dans l’industrie (+ 14,3 %) et dans le tertiaire (+ 13,0 %). L’écart est beaucoup plus mesuré (+ 0,6 %) dans la construction, secteur qui a globalement moins pâti de la crise.