Dossier

MARCHÉS DE NOËL : Plus forts que la peur de la Covid-19

Vin chaud, bretzels, miel, pains d’épices… Les ingrédients de base des marchés de Noël sont bien connus. Les illuminations et les animations, l’ambiance féérique qui marque le début des festivités de fin d’année contribuent aussi à leur succès. Six Français sur 10 pensent s’y rendre ou s’y sont déjà rendus. Et les offices de tourisme locaux lancent d’ores et déjà un appel aux artisans de bouche et/aux commerçants typiques de Noël…

Par Anne Thiriet.

Le marché de Noël fait consensus. Car sa concentration qui pourrait pourtant faire craindre une seconde vague de pandémie ne semble ni refroidir le corps politique ni ses participants. En France, Strasbourg que la rédaction a contacté mais qui n’a pas souhaité répondre en raison de l’arrivée de la toute nouvelle équipe municipale, en est le truchement le plus symbolique. Car, un peu partout, y compris dans cette ville, tout le monde s’accorde sur un point : le marché de Noël aura bien lieu, même s’il doit être réaménagé. Au moment du 2nd tour des élections municipales, le candidat Alain Fontanel exhortait à « remettre à plat le marché de Noël, sa sécurité, sa bunkerisation, mais aussi sa déconcentration dans les quartiers. Aujourd’hui, il y a trop de monde. » Catherine Trautmann, elle, appelait de ses vœux « un marché de Noël décentralisé dans les quartiers, une direction artistique, une navette qui permet de faire le lien, une réouverture des stations de tram pour que tout le monde puisse y accéder ».

Quant à la nouvelle mairesse, Jeanne Barseghian, son projet reposait davantage sur « un marché de Noël plus humain, reformaté, plus authentique, local, responsable, qui irrigue l’ensemble des quartiers. »

En tout cas, peu importe la couleur politique, celles de Noël demeurent immuables pour tous.

Marché de Noël, 60 % de pour !

Évoquez les marchés de Noël et on vous citera tout de suite le triptyque : « vin chaud, bretzels et tradition ». Car qui ne s’est pas au moins une fois promené au milieu des petits chalets de bois, offrant artisanat et produits variés, emmitouflé dans des vêtements chauds ?

L’ouverture de ces marchés, sur une ou plusieurs places dans les villes, c’est tout un symbole : entrée dans l’hiver, annonce des festivités de fin d’année marquées par Noël et le 31 décembre, place à l’atmosphère féérique créée par des illuminations et des animations nombreuses qui tranche avec le quotidien durant 4 à 6 semaines. Leur succès se renouvelle chaque année. Selon l’Observatoire BVA réalisé du 10 au 12 décembre 2018,6 Français sur 10 pensent s’y rendre ou s’y sont déjà rendus (60 %). Ces marchés sont particulièrement appréciés pour l’ambiance et les animations de Noël (73 %) mais séduisent également pour se promener en famille ou avec des amis (66 %).

En 2019, 2 millions de personnes se sont déplacées de toute l’Europe pour se rendre sur celui de Strasbourg, l’un des plus anciens et les plus réputés de France. Il date de 1570 ! La ville aligne près de 300 stands de produits d’artisanat ou de dégustations alimentaires durant 4 semaines au cœur du centre historique, classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Le concept s’est décliné avec les années en marchés thématiques, consacrés aux spécialités alsaciennes ou encore à l’économie sociale et solidaire. Difficile de préciser aujourd’hui à quoi ressemblera l’édition 2020. Une nouvelle municipalité vient d’être élue et devrait en définir les contours dans les prochains mois.

À Colmar, aussi, le marché, qui en comprend 6 en réalité, est le point d’orgue de l’année.

À Metz, il s’agit du plus grand événement annuel de la ville. 1,5 million de visiteurs sont accueillis sur une durée de 50 jours. Rien d’étonnant, ces villes de l’Est, presque frontalières de l’Allemagne, s’inscrivent dans une forte histoire. Avant de se répandre dans presque toute l’Europe, la tradition des marchés de Noël était d’abord germanique. Le premier s’est tenu à Dresde au début du 14e siècle. L’Allemagne reste encore l’un des pays qui en compte le plus grand nombre. 

Noël aux couleurs des régions

« Notre marché a 25 ans. Il est encore tout jeune. De 25 chalets sur une seule place, il est passé à 150 et s’est élargi à 2 puis 3 et désormais 5 places. Une maison de 150 m2 est dédiée aux artisans et une pyramide de 20 mètres propose 150 m2 d’exposition de produits de Noël. En 2015, nous avons été contactés par la société La Féérie des glaces qui est venue avec 1 chapiteau de 2 000 m2, 80 sculptures de 2 à 6 mètres de haut et un hangar réfrigéré. Ils ont installé une grande roue entre la mairie et la cathédrale », détaille Pascal Schons, directeur de la fédération des commerçants de Metz, qui prend en charge l’évènement. Une place gourmande a également été créée ainsi que « le sentier des lanternes », un parcours gratuit réalisé par le département avec 310 personnages lumineux menant à un spectacle au bord de la Moselle. L’an dernier, des représentants de la Finlande se sont installés dans une maison typique de 25 m2. Ils ont cuit du saumon à la flamme tout en vendant leur produit. Les produits alimentaires, à consommer sur place ou à emporter, représentent presque 60 % de l’offre globale. Cette année, au moment où nous rédigeons cet article, l’organisation du marché, maintenu ou configuré d’une manière différente, n’était pas encore fixée en raison de la crise sanitaire.

L’engouement pour l’évènement est tel que l’on trouve aujourd’hui des marchés un peu partout en France, en Bretagne, en Savoie, dans le Gers, le Calvados, à Paris ou encore en Corse. Difficile de les répertorier tous car chaque ville est libre d’en organiser ou d’en déléguer la gestion à un prestataire. « Nous effectuons des sondages durant les évènements que nous organisons. 60 % des personnes se déplacent en centre-ville pour les marchés, ce qui crée donc un trafic supplémentaire. L’offre se professionnalise petit à petit, note Thibault Delourme, directeur général de 2A Organisation, qui en organise pour une quinzaine de villes ainsi que pour des centres commerciaux. Il faut répondre à un cahier des charges précis. Nous faisons du sur-mesure. Pour Angers, les chalets sont rouges et bleus, blancs avec un encadré bordeau pour Nantes. Nous travaillons de plus en plus sur l’identité locale dans l’offre proposée par les exposants. À Angers, sont présents par exemple Cointreau, les « produits en Anjou » (la marque territoriale du département) qu’on ne retrouve pas sur d’autres métropoles. Quant à la ville de Rouen, vous y trouvez du fromage Le Neufchâtel, les produits emblématiques de la pâtisserie Yvonne. »

Dans les villes, où la tradition est bien ancrée, le cap est aussi maintenu pour assurer une certaine authenticité. Plusieurs villes ont mis en place des réglementations. La Mairie de Paris explique au journal Le Figaro qu’une charte a été annexée depuis 2015 à toutes les autorisations données sur les marchés, avec des recommandations concernant la qualité des produits et l’affichage des prix. À Colmar, un comité de sélection garantit la provenance locale des produits.

En 2021, rendez visite au Père Noël !

Comment se rendre sur un marché de Noël en voyage organisé pour les groupes ? Différents prestataires proposent des offres liées aux marchés. Autocaristes, tours opérateurs, agences de voyages ont inclus un programme dans leur catalogue qui comprend en général le transport, l’hébergement voire les visites et les excursions. Le marché de Noël est aussi l’occasion idéale pour faire un itinéraire touristique des régions.

C’est le cas notamment des autocaristes comme Les cars Delannoy et Flixbus qui ont développé ces packages à destination des groupes, associations et des CSE. « Nous travaillons via des demandes sur-mesure. Mais dès 2021, nous allons établir des offres plus standardisées pour répondre aux besoins », souligne François Hoehlinger, directeur général de Flixbus Location qui propose des déplacements à destination de l’Alsace et du Nord-Est de la France.

L’agence de voyages Visages du Monde (groupe Vacon Le Maillard) observe un regain d’intérêt pour les marchés de Noël depuis une dizaine d’années. « La demande la plus forte chez les CSE est l’Alsace, précise Christophe Troalic, directeur commercial. Nous avons ajouté à notre offre la Provence et l’Allemagne notamment. Ce type d’offres plaît beaucoup aux salariés, nous disent les élus. Le voyage se déroule en famille. Les gens en profitent pour découvrir une région et un environnement festif. »

Un voyage plus lointain depuis l’entreprise

Le trajet peut se faire en train mais l’agence propose aussi l’autobus au départ du siège des entreprises, ce qui permet de réduire le prix du programme. Disposer d’un véhicule facilite également les déplacements, une fois sur place. Chaque voyage dure entre 3 et 5 jours. Avec le transport, l’hébergement, la pension complète et un guide-accompagnateur, la formule pour la visite d’un marché alsacien en autocar comprenant des étapes à Strasbourg, Colmar et Kaysersberg, s’élève de 450 à 500 euros par personne. « Très souvent, nous réadaptons le programme, à la demande, en ajoutant une visite, ou en laissant plus de temps libre aux voyageurs », ajoute le responsable.

L’Est de la France reste un des séjours incontournables. SDL Voyages, qui réalise des séjours sur mesure en France comme à l’étranger (soit une quinzaine de destinations), s’en fait aussi l’écho. « Auparavant, les demandes portaient aussi sur les marchés du Sud, avec les santons mais elles ont baissé ces dernières années. En revanche, les séjours à l’étranger se sont développés ces 5 ou 6 dernières années, précise Jean-Charles Geneyne, président de SLD Voyages, qui cite Cracovie, Budapest et d’autres villes des pays de l’Est où le séjour dure en moyenne 4 jours et 3 nuits. Nous ne vendons jamais deux fois la même offre, indique-t-il également. À Budapest, elle peut comprendre ou non des bains thermaux, une visite du musée du chocolat ou des halles centrales de la ville qui abritent un vaste ensemble de marchés couverts. Selon la demande, nous avons déjà organisé un voyage à Saint-Pétersbourg en Russie. Nous prenons en charge l’ensemble du déplacement, qui englobe le transport, le logement et les visites. »

Autre possibilité : résider dans un village de vacances, comme le propose VVF Villages qui en possède plusieurs à proximité des villes dont les marchés comptent parmi les plus réputées de France. Trois villages sont situés en Alsace, à Obernai, à Orbey près de Colmar et de Mulhouse et le troisième à Saâles près de Strasbourg. Le 4ème est situé dans le Jura, près de la ville réputée du jouet, Moirans-en-Montagne. Les séjours peuvent durer un week-end ou une semaine.  « Ils sont très demandés en période de Noël. Les marchés sont un élément incontournable des excursions et visites que nous proposons dans le cadre des séjours », explique Grégoire Mallet, directeur marketing.

Les villes s’organisent aussi. À Toulouse par exemple, l’office de tourisme (ODT) propose des visites guidées sur demande (simples ou couplées à la visite d’un site touristique sur 2 heures voire une journée). L’ODT conseille aussi sur des séjours. « Nous en sommes aux prémices mais nous constatons une augmentation des demandes hors saison, en décembre, c’est-à-dire hors de la période habituelle qui se situe entre Pâques et la Toussaint. Certains clients sont à la recherche d’évènements, pas uniquement la visite de la ville. Les hôtels sont remplis toute la semaine par le tourisme d’affaires, indique Meritxell Baldeloo, qui encadre le service réceptif de l’office de tourisme. Quant, aux prix, ils sont particulièrement intéressants le week-end. »

Avis donc aux élus et à leurs bénéficiaires…

Photo © Philippe Gisselbrecht – Ville de Metz-Benoît Lapray
Le marché de Noël de Metz existe depuis 25 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *