Dossier

Plus de bras, plus de Nutella…

Depuis le 28 mai, environ 150 des 400 salariés de l’usine Ferrero de Villers-Escalles bloquent l’entrée des matières premières et la sortie des marchandises. Une seule ligne de fabrication du Nutella sur les quatre fonctionne et la production des Kinder Bueno est, elle, totalement à l’arrêt.

Depuis le 28 mai, plus d’un tiers des salariés de l’usine Ferrero de Villers-Ecalles, en Seine-Maritime, a cessé le travail et entamé un mouvement de grève. Les employés du premier site de fabrication de Nutella au monde, situé près de Rouen, réclament des augmentations de salaires et des investissements dans l’outil de production, afin de répondre notamment à des conditions de travail dégradées. Dans le cadre des négociations annuelles obligatoires, la direction a proposé 40 € brut d’augmentation. Pas assez pour les grévistes qui, au vu de la bonne santé de l’entreprise, demandent une revalorisation de 4,5% ainsi qu’une prime de pouvoir d’achat de 900 € pour les ouvriers, techniciens et agents de maîtrise (source : Radio France Bleu).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *